bratata
A+ A- A
Aucune notice dans le panier
Identification OPAC

logo-vide-413px

Médiathèque de Coquelles

Mon panier

Aucune notice dans le panier

Mon compte

Identification OPAC

Le Café Littéraire de Mai 2018

  • Imprimer
  • E-mail

caf lit du 18 mai 2018 pers

Le Café Littéraire a eu lieu le vendredi 18 mai 2018 de 14h à 16h00. Treize personnes sont venues partager leurs coups de coeur livresques autour d'une tasse de café et dans la convivialité. Vous les trouverez en partie ci-dessous.

livre 1 caf lit du 18 mai 2018

Thérèse a apprécié le bon thriller de Valentin Musso : Une vraie famille. C'est l'histoire d'un jeune homme en quête d'une vraie famille. Nelly a commencé par ses livres préférés qui sontr très humain. Gwaz-Ru de Hervé Jaouen est une belle histoire. Le magasin jaune de Marc Trévidic est magnifique, Jeanne trouve également que c'est un très beau livre. Le journal de ma disparition de Camilla Grebe, qui a reçu le prix du meilleur polar suédois, a été lu également par Ghislaine. Retour à Séfarad de Pierre assouline est bien écrit mais Nelly a abandonné la lecture car elle ne connait pas assez la culture espagnol pour suivre l'histoire. Sous les jupes de la Ve de Jean-Marie Pontaut permet de se remémorer certaines histoires caucasses. La patience du diable de Maxime Chattam est un polar mais faut-il encore croire au diable ! La maison de fer de John Hart retrace la vie de deux orphelins. Puis en littérature régionale, elle a lu Norcture pour Stanislas d'Annie Degroote : c'est pas mal, le livre raconte la vie des Polonais émigrés en France.

livre 2 caf lit du 18 mai 2018

Enfin, Les rubans de la vengeance d'Alain Delage a beaucoup plus à Nelly. Ghislaine trouve que Chek-point de Jean-Christophe Rufin est bien écrit, cette petite romance est pas mal. Tout comme, Sentinelle de la pluie de Tatiana de Rosnay. La femme qui ne vieillissait pas de Grégoire Delacourt est très beau. L'auteur arrive à se mettre à la place de l'héroine. Francine l'a aimé également. Captive Alias Grace de Margaret Atwood est très spécial mais Ghislaine a aimé. L'essence du mal de Luca d'Andréa est un peu compliqué. Avec tourte ma colère d'Alexandra Lapierre est une chronique sur le duel mère-fille de la famille d'armateurs Cunard. Entre deux mondes d'Olivier Norek est un livre admirable ! A lire absolument ! C'est plein d'humanité ! Le policier qui arrive à Calais pour les migrants porte un regard apaisan. Il ne porte pas de jugement. Francine a parlé de Fais-moi taire si tu peux ! de Sophie Jomain.

livre 3 caf lit du 18 mai 2018

Puis, elle a conseillé L'île des secrets de Patricia Wilson : c'est plein de rebondissements. Martine a aimé Toutes blessent la dernière tue de Karine Giebel dont l'histoire parle de l'esclavage moderne d'un trafic d'enfants. Par contre, La fille du train de Paula Hawkins ne lui a pas plu. Et, elle est restée sur sa fin en lisant le dernier volet : Fatal dimanche tout s'arrête de Nicci French. Est-ce vraiment la fin ? Joëlle trouve assez amusant La chorale des dames de Chilbury de Jennifer Ryan. Elle a bien aimé le complot K de Daniel Easterman ; Sale temps pour les sorcières Agatha Raisin tome 9 de M.C. Beaton. L'histoire de Soyez imprudents les enfants de Véronique Ovaldé se déroule en en Espagne : une fille de 13 ans découvre en regardant le tableau du peintre Roberto Diaz Uribe au musée de Bilbao qu'elle est parente avec l'artise. Puis, elle a parlé de Sleeping beauties co-écrits par Stephen King et son fils Owen King.

livre 4 caf lit du 18 mai 2018

Elle a fini de présenté ses coups de coeur avec Le fou et l'assassin tome 6 - Le destin de l'assassin de Robin Hobb. Jeanne a été la dernière a prendre la parole. Elle conseille Le manuscrit inachevé de Franck Thilliez. Dans le murmure des feuilles qui dansent d'Agnès Ledig est super beau, plein d'humour, très humain. Le café des petits miracles est mignon. Sauf de Hervé commère est super bien. J'ai perdu Albert de Didier Van Cauwelaert est plutôt comique. La jeune fille et la nuit de Guillaume Musso est super beau. Madame Pylinska et le secret de Chopin d'Eric Emmanuel Schmitt est un conte initiatique, c'est bien. Enfin Les engloutis de Denis Lépée dont l'histoire est entièrement véridique.

Ajouter un Commentaire

Votre commentaire sera validé après modération des bibliothécaires.


Code de sécurité
Rafraîchir

"Au festin de la lecture, on ne mange pas tous les livres avec le même appétit, au même rythme : avec celui-ci on pinoche et celui-là on l'engloutit."  Bernard Pivot