bratata
A+ A- A
Aucune notice dans le panier
Identification OPAC

logo-vide-413px

Médiathèque de Coquelles

Mon panier

Aucune notice dans le panier

Mon compte

Identification OPAC

Sous les décombres de Mechtild Borrmann

  • Imprimer
  • E-mail

BORRMANN SOUS LES DECOMBRES

Avis d'une lectrice du café littéraire :

« Les malheurs des victimes collatérales de la guerre — Contraints juste à la fin de la seconde guerre mondiale — pour survivre de fouiller les décombres et en revendre le contenu au marché noir dans les ruines de Hambourg, Hanno et sa sœur Wiebke vont ramener un enfant de trois ans à leur mère. D’une générosité incroyable, malgré leur grande détresse, ils vont garder l’enfant, l’appeler Joast et l’adopter.
Près de quarante ans plus tard, le hasard de son métier entraine Joast à l’est de Berlin pour rénover une propriété ; il y rencontre Anna qui y recherche sa famille anciens propriétaires de ce domaine jusqu’à l’arrivée de l’armée rouge en 45.
A partir de là on découvrira — pourquoi la mère d’Anna refuse obstinément de parler de ce passé — les origines de Joast et le meurtre de sa famille au sortir de la zone d’occupation soviétique, par des gens avides et sans scrupules qui ont profité de leur détresse.
Une horreur ; la nature humaine dans touts ses travers, partout et par delà les frontières et les conflits. »

Nelly Calet.

Résumé :

Juste après la Seconde Guerre mondiale, Hanno, 14 ans, fait tout pour survivre dans Hambourg en ruines. Durant l'hiver 1946, en fouillant les décombres, il découvre un jeune garçon de 3 ans à côté d'un cadavre de femme. Recueilli par la famille d'Hanno, ce petit garçon est prénommé Joost. Des années plus tard, Joost fait la connaissance d'Anna,dont la mère semble cacher un lourd secret. Tous les deux vont partir à la recherche de leurs origines...

Ajouter un Commentaire

Votre commentaire sera validé après modération des bibliothécaires.


Code de sécurité
Rafraîchir

"Au festin de la lecture, on ne mange pas tous les livres avec le même appétit, au même rythme : avec celui-ci on pinoche et celui-là on l'engloutit."  Bernard Pivot